Menu
Vous êtes ici : Accueil > Actualités > Bronchiolite : la Kinésithérapie respiratoire et ses effets

Bronchiolite : la Kinésithérapie respiratoire et ses effets

Le 15 novembre 2017

Pour bien comprendre le traitement de la kinésithérapie respiratoire pédiatrique, il faut d'abord comprendre la maladie dont souffre l'enfant.

La bronchiolite

La bronchiolite est un virus saisonnier qui apparaît en général entre novembre et mars. Au début, elle peut commencer par un rhume ou une rhinite. L'entrée du virus contagieux est souvent accentué par la présence des enfants à la crèche. L'enfant malade a donc le nez qui coule, une respiration sifflante, un appétit ect... Ensuite, le virus se propage au niveau des poumons et de plus en plus dans le poumon profond. Ce qui entraîne une toux persistante et épuisante pour l'enfant avec des sécrétions, des troubles du sommeil, troubles de l'appétit ect...

Les traitements médicaux

Le traitement médical de la bronchiolite est là pour lutter contre la fièvre qui peut être présente mais aussi pour aider les voies aériennes à se dégager par des aérosols. 

La kinésithérapie respiratoire pédiatrique est utilisée pour aider l'enfant et ses poumons à se libérer des sécrétions qui gênent le passage de l'air. Pour se faire, il faudra d'abord nettoyer le nez de l'enfant avec du sérum physiologique (eau salée) afin de déboucher les voies par lesquelles les sécrétions vont sortir. Ensuite le kinésithérapeute effectuera des pressions au niveau thoracique et abdominale en suivant le rythme respiratoire de l'enfant. Le but étant de favoriser une expiration lente et prolongée afin de pousser vers a trachée les sécrétions que l'enfant pourra tousser pour les évacuer. 

Cette manipulation n'est en aucun cas douloureuse, si l'enfant pleure durant la séance, c'est simplement que la kinésithérapie respiratoire le dérange quand il voudrait être tranquille.